Observez des autres et remportez des enchères

Les enchères peuvent être imprévisibles. Nous ne savons pas comment elles peuvent se dérouler, comment se terminer et qui deviendra le vainqueur. On essaye d’apprendre comment aider sa chance. La question d’utiliser la psychologie aux enchères est aussi intéressante. Est-ce que les personnes qui savent bien observer le comportement de leurs opposants ont plus de chances pour gagner ?

14012015_MFD’un côté, il paraît peu probable, de l’autre il peut avoir un sens plus profond. D’où vient la décision de quitter une enchère ? Et pourquoi on ne peut parfois pas le faire ? Pourquoi on attend un « moment convenable » et qu’est-ce que c’est ?

Le plus important, c’est de connaître votre opposant, c’est ce qu’on dit. Et voilà, un tas de doutes apparaît : est-ce que ceux qui connaissent les secrets de l’esprit humain peuvent prévoir nos pas ? A quoi faire attention lorsqu’on analyse les pas de notre opposant ? Quels éléments peuvent dire « je suis vraiment motivé » et lesquels « je vais quitter » ? Et que faire s’il y a sur l’autre côté quelqu’un qui sait mes pensées, qui peut lier mes décisions les unes avec les autres et par conséquent avoir l’avantage sur moi ?

Chacun de nous peut essayer d’utiliser cette tactique psychologique. L’essentiel, c’est d’observer et d’analyser. Voici un exemple intéressant :

L’enchère d’un produit de 200 €. Un début calme, quelques enchères manuelles. Dès les premières secondes, on pouvait distinguer le joueur le plus déterminé. Il enchérit manuellement sur chaque offre sans attendre au compte de rebours d’atteindre presque zéro.

Enfin, un Autobid joint le jeu. Les joueur qui dominait jusqu’à ce moment-là quitte, il y avait encore une personne qui essayait d’enchérir les offres de l’Autobid manuellement.

Il en vaut le coup de plonger dans la façon de penser de ces joueurs. Celui qui enchérissait dès le début n’était qu’apparement déterminé, il n’a pas décidé de configurer un Autobid. Et la personne qui a mis en route son Autobid vers la fin ne devait pas avoir beaucoup de BID sur son compte ou elle participait à une autre enchère et elle a atteint la limite. Elle s’est avérée donc un opposant facile.

Et le vainqueur ? Sa logique est peut-être un peu naïve mais elle a été efficace dans ce cas-là. Il a décidé d’enchérir manuellement et, comme on le voit parfaitement, cet effort, apparement en vain, a valu la peine.

Conclusion : aux enchères, on trouve beaucoup de psychologie. Peut-être, quand on cherche a connaître le comportement d’un opposant, on peut se montrer plus rusé et avoir l’avantage sur lui ? C’est ce que je souhaite a tous les lecteurs du Blog : observez et tirez des conclusions.

Author: wellbid

Share This Post On

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.