Stratégie entre dans la partie.

Mais à quel moment vaut-il mieux intervenir dans une enchère en cours ? 
Voici une question que nous sommes très nombreux à nous poser : quand commencer à liciter lors d’une enchère ? 
Ce post a pour but de mettre en avant les avantages et les inconvénients propres à chaque moment d’intervention dans l’enchère. Je vais présenter le post de la manière le plus synthétique possible. 

Bien sûr ce n’est qu’un point de vue et une certaine expérience des enchères, à vous d’y ajouter le vôtre afin de compléter ou améliorer mes conseils stratégiques.

Enchérir avant même le début de l’enchère : 
Pour ma part je ne fais jamais cela car c’est une perte de Bids. Il est rarissime, sauf enchères pour débutants, de voir un article adjugé sans qu’il y ait eu quelques licitations post ouverture de l’enchère. Donc enchérir avant l’ouverture de l’enchère peux être une perte de Bids, et d’ailleurs on assiste parfois à des « bagarres » stériles. Deux causes possibles à ce comportement, le manque d’expérience ou la volonté d’intimider les autres joueurs. Je suis sceptique en ce qui concerne l’intimidation en agissant ainsi, il y a d’autres moyens de se faire une réputation qui fait réfléchir les adversaires. Bref, coûteux en Bids et guère payant (d’après mes observations des parties). 
Enchérir dès le début de l’enchère : 
Liciter dans les règles de l’art, avec « noblesse » et « savoir-faire », sans avoir l’air d’un vautour, voudrait que celui qui brigue un article commence à liciter dès l’ouverture de l’enchère. D’ailleurs il suffit de lire les statistiques pour voir que, plus souvent que ce l’on croit, des articles partent très vite. Et même des articles très convoités. Et pourquoi ? Hypothèse très vraisemblable, parce que beaucoup de liciteurs attendent que l’enchère soit beaucoup plus avancées pour commencer à placer leur autobid. Il est donc judicieux de tenter sa chance dès le début, après les quelques clics manuels de Wellbideurs maladroits ou frileux économes (ou intelligents, rien ne sert de lancer l’autobid tout de suite). 
Notons cependant que si l’on se trouve en présence de joueurs frileux ou 
économes la partie « s’éternise » en mode manuel. 
Un passage à l’autobid peut les dissuader. Il est vrai qu’enchérir dès le début peut être couteux en Bids, mais cela permet de ne pas laisser passer une chance de remporter un produit pour peu. Bien évidemment la partie peut s’engager sérieusement et l’on va voir d’autres autobids se lancer. Il s’agit de bien voir s’il y a des pseudos « dangereux ». 
Si l’on a des Bids, ne pas hésiter à se montrer déterminer en relançant l’autobid. 
Cela peut arrêter des joueurs ayant moins de Bids ou intimidables. Même parfois ceux qui s’incrustent en cours d’enchère. Ne pas hésiter à faire une démonstration de votre puissance, pour que les adversaires se souviennent de votre « férocité ». 
Faire des pauses pendant la partie : 
On remarque que certains liciteurs laissent les autres faire le boulot et reviennent de temps à autres enclencher l’autobid. 
Je ne vais pas les blâmer, ce n’est pas interdit, et c’est une stratégie comme une autre. 
Même si dans l’idéal il est plus noble de remporter une enchère après une belle bataille amorcée dès le début. La pause a pour avantage les économies de Bids et l’épuisement des adversaires. Le souci c’est que vous pouvez avoir mis beaucoup de Bids revenir, repartir, et louper l’article qui partira généralement quand vous ne liciterai pas, et triple zut !! Je ne suis pas adepte de la « présence en pointillés » qui peut s’avérer bien frustrante et coûteuse. Ah ce sentiment de ne pas avoir « bien joué ». 
Le cas de l’opportuniste: 
Encore une fois, je ne critique personne, je m’en tiens à la stratégie observée. Nous redoutons tous et envions un peu, le vautour, celui qui arrive dans une partie avancée. Quand les Bids sont rares, que l’on a beaucoup enchéri, que les nerfs sont fatigués….voici qu’arrive le vautour, en goguette depuis le début de la partie, ou juste attiré par le montant élevé de l’enchère « chaude ». Le pire c’est qu’il peu rafler l’article. Mais il peut être contré. Par un autre liciteur opportuniste, par un coriace joueur qui n’entend pas de cette oreille qu’on lui prenne l’article pour lequel il se bat. 
Tout dépend du nombre de Bids dans le Bank roll. Que l’on a pour lutter, mais mettre à terre un opportuniste récidiviste vous vaudra une certaine réputation, sans compter la satisfaction de ne pas s’être laissé marcher sur les pieds. Quand l’opportuniste arrive, on perd parfois son sang-froid, et on a envie d’arrêter la partie, mais c’est justement ce qu’il ne faut pas faire car c’est le fuyard qui va lui donner l’occasion de gagner. Idéalement, l’article devrait revenir au plus courageux et au plus tenaces, mais ce n’est pas toujours le cas et heureusement pour ceux qui n’ont pas ces deux qualités. 
C’est pourquoi il vous appartient de choisir votre ou vos stratégies pour entrer sur une enchère et rempoter l’article. 
Bien sûr chacune a ses avantages ou inconvénients. Mes observations de parties et mon expérience de liciteur pourront j’espère vous être utile au regard de votre propre vécu et de vos observations. 
En attendant de remporter l’article de vos rêves, n’oubliez pas de liciter sans mettre en danger votre budget, en gardant modération et plaisir !

Author: wellbid

Share This Post On

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.