Stratégie: manuel versus autobid

Il y a déjà sur le blog quelques posts qui traitent de l’autobid et de son usage. Je ne vais donc pas revenir en détail sur cette question-là qui a déjà été relativement bien développée. Toutefois je vais apporter un éclairage sur une façon de liciter maladroite et pénalisante : les licitations manuelles parmi des autobids.
Mon post du jour s’adresse à des joueurs débutants, inconscients ou qui n’ont peut-être pas encore bien compris le système de l’autobid. Ces joueurs perdent beaucoup de Bids sur une enchère et pour rien, sauf miracle (mais on n’est pas ici pour attendre des miracles).
Bien entendu c’est très agaçant pour les joueurs plus avertis qui eux perdent du temps car ces licitations manuelles« parasitent » les enchères. Plusieurs fois confronté à cette façon de jouer hasardeuse et maladroite je me permets de donner quelques conseils à ceux qui la pratiquent.
Il est possible de remporter une enchère en plaçant une licitation manuelle face à un autobid, je l’ai fait récemment. Cependant il s’agissait d’un seul autobid et le mien venait de s’achever. J’avais supposé que comme moi le joueur adverse avait programmé le nombre de Bids suggéré par défaut. Ensuite j’avais compté ses licitations. Ainsi j’avais remporté l’enchère.
Mais voilà ce n’est pas le même cas de figure quand des joueurs arrivent dans une partie, sans trop savoir ce qui s’est passé avant, et bizarrement face à 2 ou 3 autobids, licitent avant et après les autobids. Quelle erreur « Bidophage » ; n’ayant pas suivi la partie ils ne connaissent pas le nombre de fois ou l’autobid des uns et des autres a été relancé. De plus il y a peu de chance que tous les liciteurs en mode autobids aient programmés le nombre d’autobids proposés par défaut (15 ou 45). Moralité ça sera un miracle si les autobids s’arrêtent en même temps. D’où le peu d’intérêt à jouer ainsi. De plus jouer contre 2 ou 3 autobids c’est s’assurer qu’il y a au moins un adversaire derrière l’écran pour relancer l’autobid. Bref c’est tout simplement suicidaire. Pire encore c’est faire le jeu des liciteurs qui utilisent l’autobid car face à un adversaire aussi peu crédible gageons qu’ils ne se priveront pas de vous écraser chaque fois que vous les affronterez sur Wellbid. Il faut aussi raisonner en termes de crédibilité future !
Pire encore, les maladroits font traîner l’enchère en longueur, ce qui peut inciter de nouveaux liciteurs opportunistes (bon on ne dira pas charognards on est fair play ici !) à s’y intégrer et à rafler la mise au détriment de ceux qui essayent de remporter l’enchère depuis le début.
Morale de ce court développement stratégique plus destiné à vous aider qu’à vous stigmatiser, chers liciteurs maladroits, si vous voulez liciter face à des autobids faites le « proprement » c’est-à-dire avec bon sens et habileté. Ceci suppose que vous devez suivre la partie dès son début (même si vous intervenez plus tard). Soyez attentifs aux nombres d’autobids en court. Lisez les statistiques. Tenez compte du fait que les joueurs qui placent une enchère manuelle avant et après les autobids jouent comme des maladroits mal informés et ceci nuit à leur crédibilité. Donc si vous en voyez ce ne sont pas des adversaires dangereux (du moins tant qu’ils n’auront pas décidé de suivre mes conseils).
A bientôt pour un autre post, bonnes licitations et bronzette (aux chanceux) à tous!

Author: wellbid

Share This Post On

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.